La fille du Soleil Noir t. 1 : Esprits impurs - M.L.N. HANOVER

Publié le par Iris

 fille-du-soleil-noir-1.jpg « Lorsque Jayné Heller débarque à Denver pour organiser la succession de son oncle Eric, mystérieusement assassiné, son univers vacille. Outre une fortune étourdissante, ce dernier lui a donné une mission : combattre le Collège Invisible, une cabale qui menace d’abattre les frontières entre notre monde et celui des esprits impurs qui rôdent à côté.
Entourée d’une équipe improbable, Jayné comprend que, pour survivre dans cet univers étrange et dangereux, elle va devoir en maîtriser les règles… ou les réinventer.»

 

 

Voila un livre bien difficile à chroniquer. Le 4ème de couverture est sans aucun doute alléchant ; un meurtre, une héritière, une fortune, une équipe, des démons …. Que d’intéressantes perspectives !  

 

 Alors je me suis lancée dans cette lecture. Tout d’abord, force m’est d’avouer que je cherche toujours quel est le fameux prénom d’origine française qui peut bien s’écrire « Jayné » et se prononcer de toutes les façons possibles et imaginables sans que l’auteur nous en dise jamais une en dehors de « Djayni. » … Et ce sera ma grande interrogation sur cet ouvrage.

 

 En second point, et sans m’appesantir sur la trame, c’est un livre qui a beau ne faire que 372 pages, il en parait le double.  Long à démarrer, il ne prend un peu de souffle qu’avec la révélation de la nature de la malédiction de Midian avant de retomber comme un soufflé. A peine la bataille finale a-t-elle de quoi remonter l’intérêt du lecteur. D’ailleurs l’auteur lui-même ne s’y attarde pas.

 

Quand aux personnages eux même, le fait d’écrire à la première personne (beaucoup moins immersive et beaucoup moins belle que la troisième selon moi, mais c’est la un avis tout a fait subjectif !) à pour résultat logique qu’on ne sait pas ce que pense les personnages autres que l’héroïne. Le résultat est donc : un Aubrey-Ken surfeur, un Ex-Ken curé, un Jake- sourire apaisant et un Midian – sourire énervant. Ajoutons à cela une Kim – Barbie copine et un petit couple gentillet, et nous avons fait le tour de la psychologie des personnages secondaires.

 

   Jayné elle-même (mais que quelqu’un me dise d’où vient ce prénom !) n’est pas beaucoup plus étoffée. Son histoire fait d’elle une rebelle dans le sens le plus consensuel du terme : rébellion contre les parents et tonton qui est la pour la protéger, un caractère pas vraiment fort, une propension a parler avant et réfléchir ensuite …. C’est un personnage auquel je n’ai pas réussi à m’attacher.

  Autant certaines héroïnes sont trop tout, autant Jayné est farouchement fade dans tout ce qu’elle fait. Sa personnalité peine à être mise en avant, et l’auteur semble ne pas oser la faire surpasser par celle de ses acolytes qui restent sagement en arrière. Au bout du compte, on se retrouve avec une sorte de long week end ou il ne se passe rien a part du shopping et une crise de ménage.

 

  Quand à l’histoire elle-même … il est difficile de trouver quelque chose de cohérent dans la trame tant elle est linéaire et prévisible, en dehors de Midian.

 Il est cependant fort possible que cet « esprits impurs » soit une mise en place d’une trame plus complexe ou chacun à son rôle à jouer, ce que je souhaite. Ce premier opus fut long à lire, et m’a laissé sur une étrange impression de « pas fini ». Les idées sont la, les personnages également, des jalons sont posés, mais au bout du compte on se retrouve à lire une très longue introduction qui s’arrête avant l’histoire proprement dite.

 

 J’achèterai probablement le volume 2 pour voir la direction de l’histoire, mais l’enthousiasme d’un Cal Leandros ou d’une Morgan Kingsley, pour rester dans l’urban fantasy, n’est pas la.

 Un livre à lire par curiosité cependant.

 

 

 

 


defi 2012
Auteur nord américain vivant

Publié dans urban fantasy

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
I
<br /> Ah tiens, je n'y avais pas pensé ^^ Le concours continue ^^<br />
Répondre
Z
<br /> Au hasard : Janine ?<br />
Répondre